in Maison

Une fenêtre performante d’aujourd’hui n’a plus rien à voir avec son ancêtre composée de simples vitres enchâssées au mastic dans un cadre en bois. Et même si elle ressemble aux fenêtres à double-vitrage d’il y a trente ans, son pouvoir isolant est beaucoup plus grand. En hiver, elle laisse perdre trois à quatre fois moins de chaleur.

Choisir ces fenêtres est une opération coûteuse qui a des répercussions à long terme sur son habitation. De plus, l’influence sur le confort de vie et la consommation d’énergie est loin d’être négligeable.

Vous pouvez choisir vos fenêtres parmi plusieurs types d’ouverture : fenêtre basculantes, oscillo-battantes, à guillotine ou encore coulissante. Le choix dépendra de la pièce et de l’utilisation qu’on souhaite en faire.

Ensuite, il faut choisir le type de matériaux (bois, aluminium, PVC). Le PVC est le matériau le plus robuste, le moins cher et qui s’entretient le plus facilement des trois. Il représente 60% du marché et est facile à intégrer dans les constructions déjà existantes, ce qui explique sans doute son grand succès. Sachez que le PVC vous garantit également une isolation optimale et qu’il résiste parfaitement à l’eau comme au sel, ce qui est pratique lorsque l’on vit non loin de la mer. L’aluminium présente l’avantage d’être plus malléable et donc plus adapté aux fenêtres sur mesure. Le bois, quant à lui, est plus écologique et 100% recyclable. Demandez conseil à votre vitrier professionnel pour obtenir plus d’informations sur les meilleurs matériaux de fenêtre.

Les fenêtres à double vitrage et à haut rendement

Depuis quelques années le double vitrage a beaucoup évolué pour devenir super-isolant avec de très haut rendement. La capacité d’isolation a, de ce fait, augmenté puisqu’elle est trois fois supérieure à celle d’un double vitrage classique installé dans les années 1990.

Dans la gamme supérieure, on retrouve le vitrage à haut rendement qui se compose d’une fine couche de métal isolante du côté intérieur. Le vide d’air est rempli avec de l’argon en général qui isole très bien l’air sec.

Finalement, l’isolation thermique d’un vitrage résulte de la réduction du rayonnement thermique par le vitrage et de la conduction thermique au travers de vitrage. Ainsi un vitrage isolant courant avec une couche faiblement émissive performante et un intercalaire de 16 mm procure un coefficient Ug de déperdition thermique faible.

Le type de vitrage est d’une grande importance lorsque l’on choisit un nouveau châssis car il aura un impact direct sur votre confort quotidien.

L’idéal est d’adapter le vitrage en fonction de l’orientation de la pièce. Plein nord, là ou le soleil ne pénètre pas, optez pour du triple vitrage. Plein sud, l’option à privilégier est le vitrage de contrôle solaire, surtout si vous disposez d’une baie vitrée, il faudra également la coupler votre fenêtre avec un store sur mesure.

Bien choisir ses nouvelles fenêtres est un point primordial lorsque l’on sait qu’elles sont un des lieux importants de déperdition de chaleur. Pour faire le meilleur choix, pensez donc à bien analyser vos besoins aussi bien d’un point de vue acoustique que thermique.