in Immobilier

Le viager est une technique de vente immobilière de plus en plus utilisée de nos jours à cause de ses modalités spécifiques de vente. Désirez-vous réaliser la vente d’un bien immobilier ? Sachez qu’en fonction de votre situation, cette transaction immobilière aux modalités particulières peut présenter plusieurs avantages. Découvrez comment fonctionne un viager.

Le viager : qu’est-ce que c’est ?

Le viager est une transaction immobilière consistant à vendre un bien immobilier à un tiers. En contrepartie, le tiers effectue le versement d’une rente viagère périodique (mensuelle, trimestrielle ou annuelle). Ladite rente peut parfois être accompagnée d’un bouquet.

Il s’agit d’une somme d’argent versée au comptant pendant la signature du contrat viager. De plus, le montant de la rente viagère est fixé dans le contrat et selon quelques éléments comme la valeur foncière du bien immobilier. Vous pourrez d’ailleurs connaître la valeur actuelle de votre bien grâce à vivre-chez-moi.fr. Par ailleurs, la rente viagère tient également compte :

  • de l’âge du cédant ;
  • du versement d’un bouquet ou non et de son montant ;
  • du statut libre ou occupé du bien vendu en viager.

Une fois toutes ces formalités remplies, vous pourrez vivre chez vous sans vous soucier de quelconques ennuis judiciaires.

Les avantages du viager pour le vendeur

Celui qui cède un bien immobilier en viager bénéficie d’une rente à vie à partir de la signature du contrat de vente. En outre, la rente viagère connaît un régime fiscal avantageux. En effet, bien que la rente viagère relève de l’impôt sur le revenu, elle jouit d’un abattement dont le montant peut varier en fonction l’âge du vendeur à la date du 1er versement de la rente.

De ce fait, seule une fraction de la rente viagère sera imposée, tenant compte des modalités suivantes :

  • 70 % pour un premier versement à moins de 50 ans ;
  • 50 % pour un premier versement de 50 à 59 ans :
  • 40 % pour un premier versement de 60 à 69 ans ;
  • 30 % pour un premier versement à plus de 69 ans.

En ce qui concerne le bouquet, il est exonéré d’impôt. Pour finir, le cédant n’aura pas à payer la taxe foncière ni des travaux instaurés par le syndicat du bien, par exemple. Cela est possible même s’il continue à occuper le bien. En revanche, s’il occupe toujours le bien, le vendeur doit toujours s’acquitter de la taxe d’habitation.

Les avantages du viager pour l’acquéreur

L’acheteur peut échelonner son paiement grâce à la rente viagère. À noter que le fonctionnement de cette dernière est similaire à celui d’un crédit. Étant donné que l’acheteur est redevable de la rente auprès du vendeur et non d’une banque, il n’aura à payer aucuns frais supplémentaires.

Il faut savoir que la rente viagère est soumise à l’aléa que représente la date de décès du vendeur. Toutefois, il n’y a aucun moyen de prédire une bonne affaire financière. Alors, le viager pourrait présenter l’avantage d’acquérir un bien à un prix inférieur ou supérieur à sa valeur réelle.